lennylindley

10 janvier 2018

aveuglement fatal

J’étais aveuglée par l’amour par l’état amoureux dans lequel j’avais sombré malgré moi malgré tout. Je me suis fourvoyée j’ai tout accepté j’ai mille fois pleuré de ton mépris et ta folie. J’ai enduré toutes tes phrases assassines tes délires tes soliloques tes cruautés tes phrases cochonnes tes revirements tes volte-face tes imprévisibilités, tes propos déroutants, tes déclarations, tes disparitions, tes apparitions, tes endormissements soudains au milieu d’une conversation, tes silences, tes non-dits, tes incohérences, tes envies de me heurter, tes jugements, tes moqueries et ton inattention à mes propos, ton orgeuil monstrueux, ta conception du partage sans partage/-----/Mes soirées et mes journées-canapé, rideaux tirés bouteilles de vin téléphone à la main. J’entends encore la voix de celle qui t’a aimée dont j’ai miraculeusement trouvé le numéro, un soir un de ces soirs où tes délires m’avaient anéantie. J’avais saisi mon téléphone et pianoté dans mes larmes, je voulais parler avec quelqu’un qui te connaissais ; j’ai eu l’idée de cette femme qui avait quitté la France après s’être exilée de son pays natal ;  pour échapper à ton souvenir peut-être ; qui avait souffert. J’entends sa voix, je commence par m’excuser dix fois ou plus. M’excuser de la déranger à cette heure et de la déranger tout court. Elle sait que cet appel en français te concerne, elle a deviné. Pour elle son histoire avec toi c’est hier. Les vingt années qui ont passé se sont effacées comme un miracle du temps qui boucle. Elle devine tout. « Ne vous approchez pas, surtout ne vous approchez pas d’elle » « son mari m’a menacée de mort », « ne vous mettez pas en danger »

Posté par lennylindley à 23:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


aube

J'ai adoré dormir contre toi...te regarder endormie recroquevillée ta tête émergeant a peine de la couette

Posté par lennylindley à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]